C’est 381 comptes anglais et 210 articles sur site web, qui ont été rayés de Wikipédia. Une opération, mains propres, qui a concerné des comptes influents de l’encyclopédie collaborative.

Un stratagème bien ficelé mis à nu

Les auteurs ont monté leur fraude, en se servant tout bonnement de leur influence, ou plus exactement de leur notoriété. Les auteurs de l’esbroufe agissaient pratiquement à visage couvert. Tout d’abord, pour réussir leur coup, ils épiaient et repéraient les articles refoulés par les modérateurs, souvent en raison du manque de notoriété des auteurs de ces articles. Et juste après, ces auteurs malheureux et dépités sont contactés et pris en charge par les contributeurs de Wikipédia, eux plus connus et plus influents. Ils leur proposent, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes, de mettre leur article refusé en ligne durant une période (on a parlé de 30 dollars pour un mois). C’est pas moins de 210 articles supprimés par Wikipédia qui sont passés par cette voie frauduleuse pour être mis en ligne.

Mettre un article d’autrui est pourtant permis, à condition de…

En effet, la fondation Wikipédia permet sous certaines conditions de publier des articles en ligne contre paiement. Il faut en tout premier lieu que cela se passe en toute transparence, et que les auteurs, qui sont aussi contributeurs de l’encyclopédie Wikipédia, le fassent à visage découvert. Ils doivent mentionner, en cas de publication d’un article en ligne, et rémunérer, en numéraires ou en nature, toutes les données et informations concernant leur client ou donneur d’ordre, et surtout préciser le lien de parenté ou degré de filiation de ce dernier avec le contributeur. Le problème avec cette fraude découverte, c’est que, non seulement, ces conditions n’ont pas été respectées, mais en plus, on a révélé que les 381 comptes de contributeurs bannis ont écrit ou publié des articles tendancieux, biaisés et souvent en faveur de personnalités ou entités, qui cachaient une publicité ou des écrits promotionnels en faveur de ces derniers. En tout cas, Wikipédia n’a pas tergiversé et a tranché dans le vif, une leçon pour d’autres qui seraient tentés par le trafic l’influence, et qui risquent d’y perdre leur notoriété et d’y laisser…leur autorité.