Uber continue son bonhomme de chemin en Chine doucement, mais surement. C’est en tout cas, le constat premier qu’on peut faire, à voir la belle croissance connue par la firme américaine dans l’Empire du milieu.

 

La présence d’un concurrent comme Didi Kuadi, qui détient à lui seul plus des trois quarts des parts du marché des courses en Chine. L’histoire Chinoise de Uber a démarré au début de l’année 2014 lorsque le numéro 1 des courses aux USA est arrivé, suite à un tour de table bien garni, à lever des fonds d’une valeur d’un milliard de dollars. Parmi les investisseurs de Uber China, on relèvera Hillhouse Capital, Baidu (n°1 de la recherche en Chine), China City Bank, China Life Insurance et Ping An Insurance Group. Depuis, et malgré la concurrence de Didi Kuadi, Uber China a connu une croissance qui lui permet aujourd’hui d’être valorisé à 7 milliards de dollars, de quoi envisager une entrée en bourse de Shangai d’ici 2020. Le concurrent n’est pas resté les mains croisées, et à son tour a réussi à lever 2 milliards de dollars au début de cet été. La guerre contre Uber est bien déclenchée, Tencent a commencé à bloquer l’application de Uber sur WeChat.

 

Quoiqu’il en soit, Uber croît, dur comme fer, à un avenir radieux en Chine, en misant sur une croissance à deux chiffres. Mais sur le continent asiatique, Uber ne vise pas que la Chine, il a aussi l’Inde dans le viseur. Ces deux pays sont milliardaires en nombre d’habitants, une aubaine pour le marché des courses et pour …Uber.